Quels sont les symptômes du côlon irritable au quotidien ?

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



Le syndrome du côlon irritable est très handicapant dans la vie de tous les jours pour les personnes qui en souffrent. De nombreux symptômes existent. Ils peuvent se révéler plus ou moins différents en fonction des patients.

Toutefois, il semble que la plupart d’entre eux soient récurrents. Dans cet article, nous allons lister les différents symptômes qu’il existe lorsqu’on est atteint du syndrome du côlon irritable.

Quels sont les symptômes du côlon irritable au quotidien ?

Symptôme du côlon irritable : les douleurs abdominales

Il existe plusieurs types de symptômes permettant de déterminer si le patient est atteint du syndrome du côlon irritable ou non. En premier lieu, il semble que de nombreuses personnes souffrent de douleurs plus ou moins fortes au niveau du ventre.

Cela se caractérise notamment par des douleurs abdominales fréquentes. Plusieurs patients font référence à des spasmes à intervalles plus ou moins réguliers. D’autres disent qu’ils ont des crampes localisées près de la région ombilicale.

À noter que les douleurs apparaissent suite à un repas, ou lorsque le patient vient de se réveiller. La durée des crampes est variable. Certaines personnes parlent de quelques heures quand d’autres évoquent plusieurs jours.

Des ballonnements au quotidien

Si les patients ressentent des douleurs abdominales, il semble qu’une part conséquente d’entre eux possède aussi des ballonnements. Il s’agit là d’un symptôme très fréquent observé durant les consultations médicales.

Ces ballonnements surviennent souvent après les repas et ont une conséquence sur le confort digestif du patient. Une sensation de « tension » peut être observée chez les patients qui sont les plus incommodés.

Cette « tension » est même ressentie comme permanente dans les cas les plus extrêmes. La paroi abdominale est alors gonflée. Si la palpation peut permettre de déterminer que le patient a le ventre gonflé, il peut aussi exister des bruits provenant du tube digestion, comme des sortes de gargouillements.

Les troubles du transit intestinal

Enfin, il existe des troubles du transit qui permettent de déterminer le syndrome du Côlon irritable. Il s’agit peut-être du symptôme le plus gênant et le plus honteux. La parole doit pourtant se libérer pour que praticien et patient en parlent librement afin de trouver une solution adaptée.

La manifestation de ces troubles peut se révéler de deux manières. La première est une constipation régulière, voir très fréquente. Toutefois, des diarrhées peuvent également survenir. Dans d’autres cas, les patients peuvent alterner entre épisodes de constipation et diarrhées.

Il s’agit là d’un inconfort certain qui peut se révéler très handicapant au quotidien. La honte ne doit pourtant pas s’installer.

Les trois formes de côlon irritable

Les spécialistes ont déterminé trois formes de syndrome du côlon irritable. La première forme est appelée SII-D. Ici les diarrhées sont fréquentes. La deuxième forme est nommée SII-C. Là, c’est lorsque le patient est très souvent constipé.

Enfin, la dernière forme est une alternance entre les diarrhées et la constipation. Les médecins nomment ce type de syndrome SII-M.

Quand parler de syndrome du côlon irritable ?

Beaucoup de personnes ont régulièrement des épisodes de constipation ou au contraire de diarrhée. Pourtant ces individus ne sont pas pour autant malades. Pour déterminer qu’une pathologie existe, les médecins considèrent qu’il faut au moins un jour de maladie par semaine durant les trois derniers mois.


Lisez aussi:

Mal de dos: et si ça venait de votre côlon irritable?

SII: le régime pour l’intestin irritable