Comment régénérer son intestin / colon irritable? Les solutions

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



Comment régénérer son intestin / colon irritable? Les solutions

Après le rhume, le Syndrome de l’intestin irritable (SII) est la deuxième cause principale d’absentéisme au travail et à l’école. Il toucherait près de 20 % de la population mondiale. Ses symptômes sont généralement temporaires et peuvent réapparaître plus tard. Contrairement aux idées reçues, le SII ne favorise pas le cancer du côlon. La maladie de Crohn et la colite ulcéreuse sont les seules à pouvoir causer cette pathologie. Cependant, avec l’âge, les symptômes de SII peuvent devenir incommodants. Aussi, il est préférable de traiter ce trouble dès qu’il apparaît.

Définition du syndrome de l’intestin irritable

Également appelé syndrome du côlon irritable (SCI) ou colopathie fonctionnelle, le syndrome de l’intestin irritable (SII) indique un trouble digestif. Il se manifeste par des sensations de douleurs et des malaises au niveau du ventre. Ce trouble est lié à un changement de la vitesse de passage des aliments dans le gros intestin. La vitesse peut être trop lente ou trop rapide et provoquer divers symptômes.

Quand les contractions et le relâchement des muscles intestinaux deviennent anormaux, le gros intestin ne peut pas absorber l’eau présente dans les aliments. C’est ce phénomène qui provoque généralement la diarrhée. Les faibles contractions obligent également le côlon à absorber plus de fluide. Cela provoque une constipation et rend les selles plus dures et sèches.

Le syndrome de l’intestin irritable se subdivise en 3 sous-catégories, notamment :

• Le syndrome avec douleur et constipation

• Le syndrome avec douleur et diarrhée

• Le syndrome avec douleur, diarrhée et constipation

Il faut noter que le SII n’augmente aucunement le risque de cancer du côlon. Cependant, les patients de plus de 50 ans doivent faire attention s’ils présentent des symptômes. Les médecins recommandent un examen médical de la partie inférieure de leur intestin. C’est ainsi qu’ils pourront confirmer ou non un cancer ou des polypes.

Les profils ciblés par le SII

Statistiquement, le syndrome de l’intestin irritable serait la cause de 30 à 50 % des consultations chez un gastro-entérologue. Dans les pays occidentaux, il concernerait 10 à 20 % de la population. Les femmes sont les plus touchées.

Chez les adolescents et les jeunes adultes, le SII apparaît de manière graduelle. Dans la majorité des cas, il s’agit d’un trouble chronique. Le patient peut néanmoins connaître une période de rémission. Le malaise survient généralement tous les jours pendant une semaine ou un mois selon le cas. Il disparait pendant un certain temps avant de revenir. Certains malaises peuvent cependant durer toute une vie.

Les causes de l’intestin irritable

Aujourd’hui, les réelles causes de ce trouble ne sont pas encore connues. Les spécialistes avancent deux hypothèses :

• Le patient souffre de contractions douloureuses et anormales au niveau des intestins

• Il est plus vulnérable aux mouvements du côlon et du rectum.

Puisque le SII touche plus de femmes que d’hommes, les symptômes peuvent s’aggraver au moment des menstruations. Certains chercheurs sont même allés jusqu’à déclarer que les hormones seraient impliquées dans les douleurs liées au SCI.

Une étude montre que près de 25 % des cas de SII seraient liés à une infection gastro-intestinale. Pour de tels cas, les spécialistes avancent l’hypothèse du déséquilibre de la flore intestinale. Certains affirment même que le taux anormal de sérotonine dans le tube digestif pourrait être à l’origine de ce syndrome. Si c’est le cas, cela expliquerait la dépression et l’anxiété chez certains patients. En effet, la sérotonine impacte à la fois les mouvements intestinaux et l’humeur.

Les scientifiques avancent aussi la possibilité d’une corrélation entre le syndrome de l’intestin irritable et les sévices sexuels ou physiques que le patient aurait pu subir durant son enfance. Le stress a également été envisagé comme étant une cause éventuelle du SCI. Les spécialistes n’ont cependant pas pu démontrer qu’il serait la cause directe de ce trouble. En revanche, le stress pourrait accentuer les douleurs. Enfin, l’intolérance au gluten ainsi qu’au lactose, notamment le sucre dans le lait, pourrait être une des causes du SCI.

Les facteurs de risque du SII ou SCI

Les principaux facteurs déclenchant le SII sont la fatigue et le stress. La gastro-entérite pourrait également exposer une personne au syndrome du côlon irritable. Chez certains patients, l’angoisse, une mauvaise alimentation et l’anxiété pourraient accentuer les symptômes. En revanche, le repos et les vacances aident à réduire les symptômes.

Les symptômes de l’intestin irritable

L’intensité de la douleur et le nombre de symptômes varient d’un patient à un autre. En général, les patients ressentent les symptômes suivants :

• des crampes et des douleurs abdominales : les douleurs disparaissent après évacuation de selles ou de gaz

• une diarrhée ou une constipation et parfois une alternance entre les deux

• des flatulences et des ballonnements

• des borborygmes : ce sont des bruits émis par les intestins, l’estomac et le côlon. Ils sont liés à la digestion, notamment à une mobilisation de l’air au niveau des spasmes physiologiques.

• un besoin brusque d’aller à la selle (peu fréquent) et parfois une sensation d’évacuation incomplète

• présence de mucus dans les selles

Le patient peut également être sujet à des ballonnements, des douleurs abdominales et des troubles du transit. Les douleurs abdominales s’apparentent aux sensations de spasme ou de crampe dans la région ombilicale ou les fosses iliaques. Les douleurs apparaissent généralement au réveil et avant ou après le repas. Elles peuvent s’étaler sur plusieurs heures ou plusieurs jours, selon le cas. Il arrive que le patient subisse des ballonnements. Ils peuvent être accentués par le port de vêtements serrés. Dans les cas les plus graves, le patient peut même ressentir une distension de la paroi abdominale. Les douleurs sont difficiles à supporter. Parfois, les ballonnements s’accompagnent de bruits émis par le tube digestif. En général, l’émission de gaz ou de selles permet de soulager le patient.

Chez les patients du SCI, les troubles du transit intestinal se traduisent par une constipation. Les diarrhées sont également des manifestations possibles. Dans la majorité des cas, les symptômes persistent et le patient alterne les crises et les accalmies.

Le diagnostic

Pour diagnostiquer le syndrome de l’intestin irritable, le médecin procède à un examen médical. Le patient sera également interrogé sur les symptômes qu’il subit. Afin d’établir son diagnostic, le médecin va prendre en compte les « critères de Rome ». Il s’agit d’une classification mise en place lors de la réunion de spécialistes à Rome. Il en existe plusieurs versions, mais c’est celle parue en 2016 (Rome IV) qui est communément admise par les médecins.

Cette version IV des critères de Rome mentionne plusieurs signes notamment :

• l’apparition de troubles fonctionnels de l’intestin : les troubles persistent pendant plus de 3 jours par mois, et ce, pendant 3 mois au minimum. Ils sont apparus au cours des 6 derniers mois.

• Le soulagement des douleurs après défécation et la modification de la fréquence et de la consistance des selles.
Quand les symptômes se manifestent après 50 ans, la nuit, ou après un séjour à l’étranger et qu’ils s’accompagnent de fièvre ou de perte de poids, le médecin prescrit des examens complémentaires. Ces analyses additionnelles permettent de contrôler l’éventualité d’un cancer colorectal, de la maladie de Crohn ou encore d’allergies alimentaires.

La prise en charge de l’intestin irritable

Malgré les avancées médicales, les scientifiques n’ont pas encore mis au point de médicament concluant pour traiter le SII. De nos jours, les patients suivent un traitement psychologique et physiologique. En effet, le syndrome de l’intestin irritable touche les interactions entre le système digestif et le cerveau. La prise en charge principale des patients concerne alors leur alimentation. Le médecin prescrit également des activités lui permettant de réduire son stress.

Le régime alimentaire pour régénérer son intestin

Le SII est lié à un trouble digestif qui se manifeste par des douleurs et des sensations de gênes abdominales. L’alimentation du patient doit alors s’adapter à son organisme. Elle doit viser à réduire ou éviter l’hyper distension ou la stimulation des intestins. Le patient devra ainsi privilégier les aliments considérés comme « bons » à la place de ceux irritants son intestin. C’est le seul moyen d’atténuer les ballonnements, les douleurs abdominales et les gaz.

Une personne touchée par le SII doit respecter les 5 règles suivantes pour son alimentation :

• Faire une sélection des bonnes sources de fibres

• Bien s’hydrater

• Réduire la consommation d’aliments irritant l’intestin et les fermentescibles

• Procéder à des examens permettant de confirmer ou non l’intolérance au fructose et au lactose

• Essayer de fractionner les repas

Les médecins préconisent surtout aujourd’hui un régime pour intestin irritable afin de permettre au patient de mieux vivre. Ce régime dure généralement pendant 1 mois. Il vise à rééquilibrer la flore intestinale. En mettant de côté certains aliments, le patient peut reconnaître ceux qui provoquent son inconfort digestif. Un régime d’un mois suffit alors à améliorer la tolérance du patient à certains aliments.

Quelle alimentation le patient doit-il adopter ?

Le régime alimentaire des patients souffrant du SII vise à aider l’intestin à se reposer et à éviter les gonflements. Certains aliments seront alors écartés. Le patient doit privilégier les aliments riches en fibres non agressives pour son système digestif. Il devra également prendre en considération plusieurs mesures hygiéno-diététiques. Ces dernières permettent de soulager l’inconfort digestif. Voici les recommandations des médecins pour l’alimentation :

Privilégier les fibres solubles

L’alimentation des temps modernes est particulièrement pauvre en fibres alimentaires. Pourtant, ils sont nécessaires pour les personnes sujettes au syndrome de l’intestin irritable. En effet, ce sont ces fibres solubles qui vont se transformer en gel durant le processus de digestion. Elles vont aider à favoriser le transit et garantir au tube digestif un mouvement normal. De plus, les fibres solubles se transforment en acides gras à chaînes courtes. Elles vont ainsi stimuler la réabsorption d’eau et de sodium au niveau du côlon et prévenir les selles molles. L’idéal pour un patient souffrant de SII serait donc de consommer des fibres solubles à chaque repas avec beaucoup d’eau. Les aliments riches en fibres solubles sont surtout le sarrasin, les pommes épluchées, le son, la farine d’avoine, l’orge et les pommes de terre sans peau.

Concernant l’hydratation, les médecins recommandent aux patients de boire entre 1,5 à 2 litres d’eau chaque jour. Ils doivent essayer de répartir cette quantité sur la journée et éviter l’eau glacée.

Savoir répartir les repas

Fractionner les repas permet au patient de prévenir les fringales encourageant à consommer n’importe quoi rapidement et en grande quantité. Il faudra alors qu’il répartisse sa ration quotidienne entre 3 repas et 1 ou 2 collations. Cela lui évitera d’encombrer son système digestif. Il faut rappeler que le patient du SII peut vivre une distension de l’intestin très douloureusement.

Consommer plus de légumes cuits

Les légumes à l’état crus irritent l’intestin. Aussi, pour les patients du SII, il est recommandé de privilégier les légumes cuits peu irritants. Cela inclut la courge, la carotte, la patate douce et la courgette. Puisqu’ils possèdent peu de fibres insolubles, ces aliments sont plus doux pour l’intestin. Concernant les fruits, la pomme reste le meilleur allié pour les personnes atteintes de SII. En effet, elle est riche en pectine, une fibre soluble. Il est cependant recommandé de l’éplucher avant de la consommer parce que sa peau contient des fibres insolubles.

Du psylium dans l’alimentation

Il arrive que les recommandations précédentes ne suffisent pas à atténuer les symptômes du SII. Dans ce cas, le médecin pourrait conseiller au patient d’intégrer du psylium dans son alimentation. Cette substance favorise l’augmentation de l’apport en fibres solubles. Au début, le patient peut se contenter d’une cuillerée à soupe de psylium. Ensuite, il pourra augmenter petit à petit la dose jusqu’à deux cuillérées à soupe. Certaines personnes sont intolérantes au psylium. C’est pourquoi la consommation progressive est conseillée afin de vérifier sa réaction à cette substance. Rappelez-vous que le psylium doit être associé à une bonne hydratation. Si les diarrhées persistent, il est conseillé de réduire légèrement l’eau.

Les aliments suivants aident également le patient à atténuer les symptômes :

• Le riz, le quinoa et le millet
• Les produits à base de soja
• Les fruits rouges et les fruits de la passion pour les personnes tolérantes
• L’œuf et le tofu
• Le beurre d’arachide et d’amande
• Les tisanes douces comme la menthe, la camomille, le gingembre et le fenouil

Les aliments à éviter

Une personne souffrant du SII doit éviter les aliments qui pourraient rendre le travail de son intestin difficile. Voici les recommandations des spécialistes à cet effet :

Réduire ou éviter les fibres insolubles

Les médecins recommandent souvent aux patients d’augmenter l’apport en fibres insolubles dans leur alimentation. Pourtant, les études montrent que ces fibres ne font qu’aggraver l’état du patient. En effet, elles ont tendance à irriter l’intestin, et donc à accentuer les diarrhées. Aussi, il est préférable de limiter les fibres insolubles, surtout celles provenant du blé entier. Ce dernier pourrait être remplacé par le kamut qui est mieux supporté par les patients. D’ailleurs, il existe aujourd’hui de la farine, du pain ou encore des viennoiseries à base de kamut. Concrètement, le patient doit éviter les aliments contenant des fibres insolubles suivants :

• Le blé entier
• Les pois, le brocoli et les choux
• Les graines de lin et les fruits secs
• Limiter la consommation de matières grasses

Les matières grasses sont difficilement digérées par l’intestin. En effet, elles tendent à stimuler le réflexe « gastro-colique », ce qui est déconseillé aux patients du SII. Aussi, les médecins recommandent de réduire la consommation de matières grasses. Les viandes grasses doivent ainsi être remplacées par des viandes maigres et du poisson. Le patient doit également éviter les panures, fritures ainsi que les repas à base de crème ou chargés de sauce. La consommation de biscuits gras, de pâtisseries et de viennoiseries devra aussi être limitée. Le mieux serait plutôt de consommer des gâteaux à base de son et d’utiliser uniquement de l’huile végétale.

Bannir de son alimentation les fermentescibles

Les aliments riches en glucides de type polysaccharides et oligosaccharides accentuent les symptômes du SII. Ces glucides fermentés ne sont en effet ni dégradés ni absorbés. De plus, ils pourraient intensifier les douleurs liées à la distension abdominale. Cette sensibilité ne fait que rendre la digestion plus douloureuse. Aussi, les médecins recommandent à ces personnes d’éviter les légumineuses et les aliments de la famille du chou. Ils peuvent néanmoins les réintroduire petit à petit dans leur alimentation après un mois de régime.

Limiter les aliments irritant l’intestin

Consommés à jeun, certains aliments épicés, crus ou acides pourraient irriter l’intestin. Le patient devrait également limiter leur consommation. Les crudités doivent, elles aussi, être consommées avec modération. Même si elles ne sont pas à l’origine du SII, elles favorisent les crises. Le patient doit ainsi associer les légumes crus et les salades avec un repas complet. Il peut ajouter des féculents pour améliorer la tolérance.

Concrètement les aliments à éviter sont les légumes crus, les noix, les graines, les fruits acides et les épices. Les boissons alcoolisées, le thé, le café et les jus d’agrumes sont également déconseillés.

Vérifier sa tolérance au fructose et au lactose

Certaines personnes sujettes au SII sont intolérantes au fructose, au lactose et au sorbitol. Elles doivent ainsi vérifier cette intolérance et réaliser certains tests pour éviter les complications. Aujourd’hui, ces tests sont accessibles à tous. Ils permettent de mesurer la quantité d’hydrogène libérée après la consommation de 50 g de lactose. Il faut noter que pour un patient du SII, la dose tolérée est de 12 g de lactose par jour. En cas d’intolérance, il est conseillé d’en informer son médecin.

Le fructose pourrait également être source d’intolérance chez certains patients. Ces derniers devraient alors consulter un diététicien pour s’assurer que le régime s’adapte bien à leur état de santé.

Si l’intolérance au lactose et au fructose est confirmée, le patient devra éviter les aliments suivants :

• Les produits laitiers
• Les jus de fruits, fruits secs ceux ayant un taux élevé en fructose comme la mangue, la pomme, le raisin et le melon
• La noix de coco et le sirop de maïs
• Les céréales et le pain multigrains
• Les légumes comme le concombre et l’oignon
• Les charcuteries
• Le chocolat et les boissons gazeuses.

Les traitements médicaux

Dans certains cas, le régime alimentaire ne suffit pas atténuer les symptômes du SII. Aussi, le médecin prescrit au patient des médicaments pour soulager ses douleurs.

Si le patient est constipé, le médecin lui prescrira des suppléments de fibres. Également appelés laxatifs de lest ou de masse, ils favorisent la défection. Les plus courants sont le Metamucil® et le Prodiem®. Les émollients peuvent aussi être prescrits puisqu’ils ramollissent les selles. Ce sont surtout la Colace® et le Soflax®. Si ces médicaments ne sont pas efficaces, le médecin utilisera des laxatifs osmotiques comme le Colyte® ou le Fleet®. En dernier recours, il recommandera des laxatifs stimulants. Cependant ces derniers types de laxatifs ne peuvent pas être utilisés sur le long terme. En effet, ils pourraient nuire à la mobilité de l’intestin du patient.

Pour la diarrhée, le médecin prescrit des suppléments de fibres afin de rendre les selles plus consistantes. Il pourrait également conseiller à son patient des médicaments antidiarrhéiques. Le médicament le plus courant reste le lopéramide.

Afin de soulager les douleurs, le médecin prescrit des antispasmodiques. Ils ont un effet direct et permettent de relaxer les muscles. Les plus courants restent le pinavérium et la trimébutine. D’autres médicaments comme la dicyclomine et l’hyoscyamine pourraient également être efficaces, mais elles n’agissent pas directement.

Si ces médicaments s’avéraient impuissants, le médecin pourra prescrire à son patient des antidépresseurs à faible dose. Ces derniers aident à diminuer la sensibilité intestinale, surtout pour les personnes victimes de diarrhée.

Conclusion

Le syndrome de l’intestin irritable compte actuellement parmi les troubles les plus fréquents. Les maux des patients sont surtout liés à un dysfonctionnement ou à une hypersensibilité du côlon. Pour les personnes sujettes à des malaises, les maux sont alors d’origine fonctionnelle. Même s’ils sont incommodants, les malaises ne sont pas vraiment dangereux. Les personnes touchées par le SII doivent juste faire attention à ce qu’ils mangent. Au final, la meilleure prévention pour ce trouble reste une alimentation saine.

Blog